Vous êtes ici

Actualités
Budget
Serge Rigal : « Pour les Lotois, je refuse le diktat comptable de l’Etat » 
Lundi 14 Mai 2018 à 16 h 26
20180514132947-56063aad-la.jpg

C’est avec la plus grande fermeté que Serge Rigal, président du Département du Lot, et l’ensemble des conseillers départementaux dénoncent « le pacte de confiance » qu’envisage d’imposer l’Etat aux principales collectivités de l’Hexagone. Ils l'ont exprimé au cours d'une conférence de presse, ce lundi 14 mai 2018.

"Ce bien mal-nommé « Pacte de confiance » est rejeté en bloc par la très grande majorité des collectivités françaises concernées. Il ne se justifie pas plus chez nous, dans le Lot où seul le Département est concerné. Non pas que le Lot veuille faire preuve de conservatisme, au contraire : le Lot est en pointe en matière de rigueur et la Chambre régionale des comptes chargée de contrôler les collectivités en atteste.  
Les objectifs de gestion que l’Etat entend imposer au travers de ce pacte sont impossibles à respecter avec une conséquence sans appel : une nouvelle amputation de nos ressources financières au profit de l’Etat. Cela serait désastreux pour les citoyens lotois et pour notre territoire. Car la seule alternative pourrait être la hausse des impôts locaux ou la baisse de qualité des services publics assurés par le Département. Comme par exemple la suppression de la participation du Département au financement des repas des collégiens, ou bien la remise en cause de certaines actions sociales, ou encore la dégradation du niveau d’entretien des routes voire la suppression des subventions au milieu associatif.

Oui à un pacte de confiance avec les Lotoises et les Lotois !

Le Département ne peut cautionner cela et n’a donc pas l’intention de signer, en l’état, le « Pacte de confiance » tel que présenté par l’Etat. En revanche, il persistera à signer chaque jour un pacte de confiance avec les Lotoises et les Lotois afin que la diversité des services proposés aux usagers par le Département ne se détériore pas. Et, cette année encore, la collectivité n’augmente pas les impôts alors que la qualité de service auprès des Lotois est préservée. C’est cela la réalité". 

Aussi Serge Rigal et les élus départementaux invitent l’Etat à réexaminer ses exigences budgétaires inapplicables et à engager un véritable partenariat constructif, à l’image de ce qui est pratiqué utilement dans le Lot, dans d’autres domaines, entre la Préfecture et le Département.

S'abonner à la lettre d'information

Ma Newsletter

L'actualité en vidéo