Vous êtes ici

Actualités
ARCHIVES DEPARTEMENTALES
Un siècle de presse lotoise consultable en ligne
Vendredi 6 Février 2015 à 18 h 10
JOURNALDULOT_1861_05_01.jpg

Le Centre régional des Lettres Midi-Pyrénées, le Département du Lot et le Grand Cahors ont travaillé ensemble pour sauver, mettre en valeur et compléter les collections de deux journaux lotois : Le Journal du Lot (1861- 1944) et L’Écho des Gourbis (1915-1918). Cette opération de numérisation a été menée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France. 12 030 fichiers numériques sont désormais en ligne sur le site internet des Archives départementales du Lot (une inscription est requise).

"Le Journal du Lot" : 80 ans de l'histoire du département

Le premier numéro paraît le 1er mai 1861, avec pour sous-titre : Journal politique, agricole, commercial et littéraire. Antoine Laytou, imprimeur à Cahors, en est le propriétaire-gérant.

D’une ligne politique très modérée depuis ses débuts, « Le Journal du Lot » passe au radicalisme en 1897 lors de son rachat par Auguste Coueslant, industriel cévenol du Vigan, qui le dirige jusqu'à sa mort en 1942. Sous sa direction, le titre – dont le sous-titre a été modifié (n°42 du 17 avril 1897) : Journal républicain du département – se veut la voix officielle du parti radical dans le Lot. Il mène une virulente campagne en faveur de la séparation des Églises et de l’État : la violence de cette campagne de presse fût telle que le directeur du Journal du Lot et celui du journal conservateur Le Quercynois en vinrent à se battre en duel à l'épée le 14 janvier 1905. Pendant la première guerre mondiale, il incarne la politique d’«Union Sacrée».

Dans l’entre-deux guerres, le journal rejoint le camp conservateur pour faire résolument campagne contre le Front populaire, puis adopter une attitude maréchaliste en juin 1940. En 1942, Emile Laporte ancien co-rédacteur en chef, prend la direction du journal adopte une tonalité nettement collaboratrice. Le titre cesse définitivement de paraître en juin 1944. Son dernier rédacteur en chef est fusillé à la Libération.

Relatant la vie politique, mais aussi la vie culturelle et sociale des Lotois, la richesse de ses chroniques locales, jusque dans le récit des faits divers, en fait une source incontournable pour connaître la vie du département pendant ses quatre-vingts années d’existence.

"L’Écho des gourbis": journal de tranchée des régiments du Quercy

Ce journal paraît pour la première fois le 15 mars 1915 à Châlons-sur-Marne. La collection complète conservée à la Bibliothèque Patrimoniale et de Recherche de Cahors compte 34 numéros. Le dernier daté de mars 1918, témoigne de la reprise de la guerre de mouvement. Le rédacteur principal et directeur commercial est le poète, écrivain et journaliste gourdonnais Pierre Calel (pseudonyme de plume de Jules Lafforgue).

Le premier éditorial de la rédaction présente les objectifs de cette « petite feuille » de 4 pages illustrée : le premier point annoncé « dire ce qui se passe au pays natal, être l’organe du Quercy pendant la guerre » est en fait très vite abandonné. L’ensemble des rubriques sont essentiellement organisées autour de la véritable vocation du journal de tranchée : soutenir le moral du combattant. La verve gouailleuse et l’humour gaulois des propos révèlent un certain état d’esprit poilu.

Encouragé par les autorités politiques, voire intellectuelles, « L’Echo des gourbis « qui s’honore de publier des lettres de soutien de Raymond Poincaré, d’Alexandre Millerand, de Paul Deschanel, d’Adrien Mithouard, d’Anatole France affiche une apparente liberté de ton. De fait, la légitimité de la guerre et de l’effort consenti ne sont jamais remis en cause.

En quelques chiffres

  • 45 400 pages numérisées et océrisées
  • 30 000 € (dont 15 000 € pris en charge par la BnF ; 7 500 € par Département du Lot ; et 7 500 € par le Grand Cahors).

Cette nouvelle campagne de numérisation fait suite, pour le Département, à de précédentes campagnes qui ont abouti à des mises en ligne sur le site des Archives départementales du Lot : http://archives.lot.fr

  • Dans le cadre de la commémoration de la Grande Guerre, le Département du Lot a numérisé les registres matricules des classes de conscrits de 1887 à 1921 ; 134 registres matricules et leurs tables, soit près de 77 000 vues, récapitulent les carrières militaires des Lotois qui ont participé à 14-18. Plus d'infos
  • Le Département a également numérisé les 4 119 plans de l’ancien cadastre du Lot, dit « cadastre napoléonien », institué par Napoléon Ier en 1807. Ils constituent aujourd’hui une formidable mine d’informations pour quiconque veut aborder l’histoire d’une propriété, d’un village… Plus d'infos
S'abonner à la lettre d'information

Ma Newsletter

L'actualité en vidéo