Vous êtes ici

Actualités
Archéologie préventive
Un nouveau partenariat entre l’Inrap et le Département au bénéfice du patrimoine lotois
Mercredi 6 Décembre 2017 à 12 h 35
img-4856.jpg

Ce mercredi 6 décembre 2017, Serge Rigal, président du Département du Lot, a rencontré Dominique Garcia, président, et Daniel Guérin, directeur général de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), à l’occasion de la signature d’une convention de partenariat. Le Département a déjà eu recours aux compétences variées et pointues de l’Inrap dans le cadre de prestations archéologiques. Mais cette convention signée pour trois ans, au bénéfice du patrimoine lotois, va plus loin.

Elle rend possible :

  • des partenariats dans le domaine de la recherche entre la cellule départementale d’archéologie préventive et l’Inrap,
  • l’organisation de fouilles conjointes, en cas de nécessité,
  • et la mise à disposition d’agents – de l’une ou l’autre structure – lors d’opérations archéologiques préventives

Enfin, des actions de valorisation sont également envisageables pour communiquer sur les découvertes.

L’Inrap a déjà signé de telles conventions avec 11 autres services d’archéologie dépendant de collectivités.

Depuis plus de cinq ans

La cellule départementale d’archéologie préventive a été agréée par l’Etat en 2011 pour réaliser les diagnostics prescrits sur le département et les fouilles relevant des périodes historiques antique, médiévale et moderne. En disposant de sa propre équipe d’archéologues, le Département du Lot peut proposer ses services à tous les aménageurs, publics ou privés. La cellule est dotée de 5 agents permanents et recrute également en fonction des chantiers. La cellule départementale d’archéologie préventive est un facilitateur de projets. Elle permet un gain de temps pour tous les projets d’aménagements qui nécessitent des interventions archéologiques et permet de valoriser les connaissances acquises auprès des Lotois.

Le Département entreprend régulièrement de grands projets d’aménagements pour lesquels son service peut œuvrer. La cellule départementale a ainsi travaillé pour la déviation de Cambes et pour la construction du collège de Luzech.

En cinq ans, 85 opérations ont été menées dont 66 diagnostics et 11 fouilles. Le délai moyen d’intervention est seulement de 4 mois. La cellule départementale fait gagner du temps aux projets (528 mois cumulés pour les 66 diagnostics !). Le service s’est autofinancé à hauteur de 92 %. Une participation du Département est donc nécessaire. Et dans cette configuration, des collaborations extérieures, notamment avec l’INRAP, sont bénéfiques.

L’Inrap, un partenaire de poids

Etablissement public, l’Inrap est placé sous la double tutelle du ministère de la Culture et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Il assure la détection et l’étude du patrimoine archéologique en amont des travaux d’aménagement du territoire.

L’Inrap réalise la majorité des diagnostics archéologiques et une part essentielle des fouilles en partenariat avec les aménageurs, soit près de 2 000 chantiers par an, en métropole et dans les Outre-mer. Ses missions s’étendent à l’exploitation scientifique des fouilles archéologiques, à l’enseignement, à la diffusion culturelle et à la valorisation de l’archéologie auprès des chercheurs comme des citoyens.

Son activité de recherche est conduite avec l’appui d'un conseil scientifique placé sous la responsabilité du président et associant les ministères de tutelle et des membres de la communauté archéologique : CNRS, universités et services archéologiques des collectivités territoriales (DRAC). Ses travaux donnent lieu à plus de 700 publications scientifiques par an. Avec plus de 2000 collaborateurs et chercheurs, il est la plus importante structure de recherche archéologique française et l’une des toutes premières en Europe.

S'abonner à la lettre d'information

Ma Newsletter

L'actualité en vidéo