Vous êtes ici

Entretien du réseau
Un réseau routier sous surveillance

Les équipes des routes du Département sont au service de la voirie et des usagers. Le réseau routier départemental est sillonné chaque jour par des véhicules de patrouillage.

Pour les urgences (incidents ou accidents), des équipes peuvent intervenir 24 h sur 24 sur les routes départementales en cas de besoin; l'objectif est de rétablir les conditions de sécurité pour les usagers. En dehors des heures d'ouverture des services du Département, ces équipes d'astreinte sont mobilisables en appelant le 17 (gendarmerie) ou le 18 (pompiers).

Le bord des routes,
réservoir de la biodiversité

Le fauchage raisonné s’est aujourd’hui imposé comme une pratique courante sur les 8 000 km de bas-côtés des routes départementales du Lot.

En 2008 il s’agissait d’une expérimentation sur une petite dizaine de sites pilotes. Aujourd’hui, le fauchage raisonné s’applique partout, avec des variantes, selon les routes.

Quel est le calendrier du fauchage raisonné ?

Du 1er mai au 10 juin, une première coupe a lieu sur toutes les routes départementales, sans exception. Cette passe dite « de sécurité » consiste à couper l’herbe sur une bande de 80 cm et non plus de nettoyer tout le bas-côté, fossé compris.

Du 15 juin au 31 juillet, une seconde coupe est organisée mais n’est pas systématisée, d’où la notion de « fauchage raisonné ». Ainsi, sur le causse, si l’herbe n’a pas poussé en abondance, les engins ne passent pas.

Du 15 août au 1er mars,  période de débroussaillage sur l’ensemble des routes départementales, pour un entretien plus complet que les deux premières coupes. 

Le fauchage raisonné, est-ce utile ?
1. Oui, la faune et la flore sont préservées

En veillant à adapter le fauchage au territoire, le Département préserve la biodiversité.  Ainsi, ce fauchage conduit avec modération permet à la flore de s’exprimer. Chacun peut admirer depuis quelques années la beauté retrouvée de nos bas-côtés fleuris. Ce n’est pas un hasard.

Pour la faune, même constat. Les papillons, en particulier, trouvent dans ces espaces non cultivés, non soumis à des traitements agricoles, des lieux privilégiés pour pondre et pour se nourrir de nectar.

2. Oui, cela permet des économies

A cette attention portée à la biodiversité, vient s’ajouter une notion économique à laquelle le contribuable n’est pas insensible : un fauchage raisonné participe à de réelles économies, tant en matière de carburant, d’usure de matériel que de temps de travail, qui peut être orienté vers d’autres chantiers.

3. Oui, la sécurité routière est garantie

Toute cette démarche de fauchage raisonné est encadrée par des règles de sécurité : les belles hautes herbes colorées ne peuvent entraver la sécurité des automobilistes.

Un bouquet au bord des routes

Sur les bas côtés, poussent de nombreuses fleurs sauvages (orchidées, tulipes sauvages, lobélies brûlantes, tabourets des montagnes, fougère des marais…). Laisser fleurir les plantes avant de les couper permet qu’elles réensemencent sur place.

Un expert naturaliste veille sur le terrain

Afin d’affiner plus encore l’optimisation du fauchage (le meilleur moment au meilleur endroit), le Département du Lot s’est adjoint le service d’un expert naturaliste. Il a pu être démontré, par exemple, que le cycle biologique du papillon azuré du serpolet dépend de la fleur d’origan dans laquelle il dépose ses œufs. L’absence de fauchage en période de ponte (juin) favorise ce papillon assez remarquable.

Les désherbants chimiques,
un usage interdit

Pour remplacer l’usage des désherbants, le Département a multiplié les alternatives : pose de plaques en plastique recyclées, paillage avec des copeaux de bois, utilisation de produits bio et de coupe bordures (rotofil).