Vous êtes ici

Enfance & famille
Accompagner les familles et les enfants

Grâce à la protection maternelle et infantile (PMI), le Département du Lot accompagne et soutient les jeunes enfants et leurs parents. Ce service de santé publique est gratuit et ouvert à tous. Environ 1 500 naissances sont comptabilisées chaque année dans le Lot.

Le Département a aussi un rôle prépondérant dans la prévention et le suivi des enfants en danger.

Protéger les enfants,
avant tout

Carences éducatives, manque de soins ou d’hygiène, adolescents violents avec leurs parents, maltraitance, abus sexuels… Face à ces situations complexes, le Département occupe une part prépondérante dans la prévention et le suivi de l’enfance en danger.

Des équipes
aux côtés des familles

Les équipes de professionnels du Département sont mobilisées sur cette question pour :

-Prévenir : apporter le soutien nécessaire aux familles afin d’éviter si possible le placement de l’enfant, en proposant des mesures de prévention à domicile,

-Solutionner : trouver la solution la mieux adaptée lorsque le placement devient inévitable et ainsi mobiliser tous les acteurs concernés dans la prise en charge de l’enfant et de sa famille,

-Reconstruire : tout mettre en oeuvre pour restaurer la cellule familiale, lorsque les enfants ont été amenés à vivre une séparation temporaire avec leurs parents.

Environ 300 enfants sont confiés chaque année au Département.

Le Département est au cœur des interventions
pour lutter contre la maltraitance des enfants
Le signalement :
tout commence par lui

Une cellule départementale est chargée de recueillir les informations préoccupantes. Après une évaluation sociale immédiate, selon la gravité de la situation, le Département peut décider, soit de faire intervenir ses équipes de travailleurs sociaux ou médico-sociaux pour prendre des mesures adaptées, soit de signaler la situation au procureur de la République, si les faits concernent un fait grave (violence physique, abus sexuel…) ; des mesures judiciaires sont aussitôt prises pour protéger l’enfant.

Vous constatez qu’un enfant ou un adolescent est victime de mauvais traitement ?
Appelez le 119

Appel gratuit, n° disponible 24h/24.

L’anonymat est respecté si vous le souhaitez.

L’accueil
1. Au sein du Centre départemental de l’enfance

Un accueil d’urgence peut être assuré par le Centre départemental de l’enfance, un service du Département situé à Cahors

Les mineurs, placés par décision de justice ou par le Département en accord avec les parents, connaissent de graves difficultés sociales ou psychologiques. Certains sont en danger. Pendant leurs séjours, qui durent de 3 à 6 mois, ils sont accompagnés par une équipe de professionnels chargée de faire un examen approfondi de leurs situations, puis de proposer une orientation adaptée.

imagecde.jpg

Selon les cas, les jeunes s’en vont vers une famille d’accueil ou une autre structure. L'établissement accueille aussi un centre maternel qui est un lieu de séjour pour des femmes enceintes, ou des mères d’enfants de moins de 3 ans, en grande détresse. Elles sont soutenues, le temps de traverser un cap difficile et de retrouver progressivement leur  indépendance.

2. Au sein d’autres lieux de vie

Le Département travaille en étroite collaboration avec deux Maisons d’enfants à caractère social (la Providence à Montcuq et l’association “La Main” à Gagnac-sur-Cère) et d’autres petites structures.

3. Au sein de familles d’accueil

Près de 150 assistants familiaux, salariés du Département, accueillent des mineurs séparés de leurs familles. C’est de loin le mode d’accueil le plus important dans le Lot. Les assistants familiaux veillent à l’éducation et au bien-être des enfants pour les aider à bien grandir. C’est un métier à part entière qui implique toute la famille.

Devenir famille d'accueil

A chaque fois,
un accompagnement adapté

Pour les acteurs de la protection de l’enfance, l’objectif est que les mineurs restent ou reviennent dans leur milieu familial dans des conditions de vie et d’éducation satisfaisantes.

Contrairement à une idée reçue, l’intervention des travailleurs sociaux ne signifie pas retrait de l’enfant de sa famille. Au contraire, tout est mis en oeuvre pour restaurer l’équilibre et les liens entre les parents et l’enfant.